skip to Main Content

Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan et Régis Aubry ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

2017@barbararomagnan.eu Permanence de campagne - Parti socialiste - 17 avenue de la Gare d'eau - 25000 Besançon

Coopilote : prendre la bonne route pour créer son emploi

CoopiloteLundi, je me suis rendue au siège bisontin de Coopilote, boulevard Diderot. Coopilote est une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) créée en 2002 à Montbéliard puis en 2007 à Besançon. Les CAE comme Coopilote sont des entreprises partagées dont l’objectif est de créer des emplois pérennes et de la richesse économique et sociale sur le territoire. Au fond, il s’agit d’une nouvelle forme d’entrepreneuriat autour de valeurs partagées.

Bien loin du statut d’auto-entrepreneur isolé, celles et ceux qui s’adressent à Coopilote veulent se « mettre à leur compte » et créer leur propre emploi, sans être isolé. C’est la raison d’être de cette entreprise coopérative qui aide, accompagne, rassure et guide.

Coopilote possède 2 établissements, à Montbéliard et Besançon, une antenne à Belfort et 3 pôles d’accueil à Lure, Dole et Pontarlier. Au total, en 2012, ce sont plus de 150 entrepreneurs accompagnés, près de 3 M€ HT de chiffre d’affaires et plus de 100 entrepreneurs hébergés. Une structure à taille humaine où chacun se connaît et peut s’entraider.

Concrètement, celles et ceux souhaitant se lancer – il s’agit souvent de personnes en recherche d’emploi – et ayant une idée précise de l’activité qu’ils veulent créer, contactent Coopilote, son équipe d’appui et ses associés. Ensuite, c’est Coopilote qui assure dans un premier temps l’hébergement juridique, comptable et fiscal de l’activité (il n’y a donc pas initialement de création d’entreprise, ce qui rassure), permettant ainsi un démarrage immédiat de l’activité et une assistance administrative pour se concentrer sur son cœur de métier. C’est d’ailleurs le témoignage que j’ai reçu lors de ma visite : les professionnels rencontrés m’ont indiqué avoir déjà tenté l’aventure de la création d’entreprise mais se sont trouvés démunis devant la partie administrative et comptable pour laquelle ils n’avaient pas suffisamment de connaissance. Et bien souvent, cela a conduit à l’échec de leur projet.

Avec Coopilote, il en est autrement puisque les porteurs de projet bénéficient du statut d’entrepreneur-salarié de la coopérative, permettant ainsi une bonne couverture sociale, ce qui n’est pas le cas du statut d’auto-entrepreneur. Grâce à un accompagnement individualisé mais aussi collectif, associant conseils, ateliers de formation, l’entrepreneur n’est pas seul et peut, s’il trouve son modèle économique, créer in fine son entreprise indépendante ou faire le choix de devenir entrepreneur associé de la coopérative.

Coopilote fonctionne grâce au soutien public apporté par l’Europe, les collectivités locales et l’Etat, mais aussi et surtout grâce aux entrepreneurs qu’elle accompagne puisque ceux-ci versent une contribution correspondant à 6 à 10 % de leur chiffre d’affaires en contre-partie de l’aide administrative, comptable et sociale dont ils bénéficient. Chacun est donc responsable et pleinement intéressé à la réussite de son projet et de ceux des autres. Une véritable philosophie de coopération.

Les domaines d’activités de Coopilote, à travers tous ses entrepreneurs accompagnés, sont larges : les métiers du bâtiment et des espaces verts, les métiers du mieux vivre -coaching, tourisme, sport, santé…), les services aux entreprises (communication, nouvelles technologies, consulting, performance…), l’artisanat et les services à la personne. Les 4 entrepreneurs qui m’ont exposé leur parcours ce lundi reflètent bien cette diversité : une couturière, une guide conférencière professionnelle, un architecte d’intérieur et un professionnel des fenêtres et stores. D’ailleurs, des coopérations entre plusieurs entrepreneurs peuvent voir le jour pour répondre à des appels d’offres en commun ou développer des projets faisant appel à plusieurs compétences.

Voici donc un beau modèle de coopération et de création de nouvelles activités économiques autour d’un autre modèle de société et de valeurs humaines.

Cet article comporte 0 commentaires
  1. C’est avec des initiatives comme celle là et d’autres qu’on pourra résoudre, très ponctuellement,le chomage. Il faut encourager et appuyer toutes initia-tives dans ce domaine.
    Bon courage ,pour les mois à venir,à bientot.

    Pierre CHAUSSARD

  2. Co-dirigeant d’une CAE sur un autre territoire, je vous félicite pour cette synthèse claire et précise. C’est heureux (et malheuresement trop rare aussi) de voir des élus s’exprimer avec un tel niveau de compréhension de nos modèles d’entreprise et de leurs enjeux.
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top