Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

Formulaire indisponible pour l’instant.

Adressez votre courriel à [email protected]
03 81 21 28 05 [email protected] 1, place Leclerc - 25000 Besançon

Plan cancer 2014-2019 : guérir, rechercher, vivre et prévenir

Présentation du Plan cancer 2014-2019 par François Hollande« Donner les mêmes chances à tous, partout en France, de guérir du cancer » : c’est l’ambition du 3e plan Cancer présenté par le président de la République, François Hollande, le 4 février dernier.

Si aujourd’hui un cancer sur deux est guéri, on estime encore à 150 000 le nombre de personnes qui décèdent chaque année de la maladie. Tous les ans, 355 000 de nos concitoyens apprennent qu’ils sont atteints d’un cancer.

Cette dure réalité est accentuée par le fait que la France est un des pays d’Europe de l’Ouest où les inégalités sociales de mortalité par cancer sont les plus importantes. En effet, le risque de décéder d’un cancer entre 30 et 65 ans est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres. Ces inégalités concernent aussi bien le dépistage, l’accès aux traitements, la vie pendant et après le cancer, que l’exposition aux risques notamment le tabac, l’une des cibles principales du plan.

C’est pourquoi ce nouveau Plan cancer marque un tournant dans la lutte contre les inégalités et les pertes de chance, grâce à 4 priorités :

  1. Guérir plus de malades
  2. Donner plus de moyens à la recherche fondamentale et à la recherche clinique
  3. Améliorer la vie des malades pendant et après le cancer
  4. Faire de la prévention une priorité pour réduire le nombre de cancers aux causes évitables (40 % du total des décès dus au cancer tiennent à des facteurs de risques évitables : 44 000 décès sont liés au tabac, 15 000 à l’alcool, 2 300 à l’obésité et 1 000 à l’exposition solaire)

L’ambition première du Plan, doté de 1,5 milliard d’euros dont près de la moitié financera des mesures nouvelles, est de guérir plus de personnes malades, en favorisant des diagnostics précoces et en garantissant l’accès de tous à une médecine de qualité. La lutte contre les inégalités en santé est au cœur des mesures nouvelles de prévention et de dépistage : les personnes les plus modestes bénéficieront d’un accès gratuit sans avance de frais au dépistage du cancer du sein et du cancer colorectal, deux des cancers les plus fréquents respectivement chez la femme et chez l’homme. Par ailleurs, pour corriger les disparités dans l’accès aux soins entre les régions, le plan prévoit d’ici à 2019 de réduire le délai moyen d’attente pour un examen d’IRM de 27 à 20 jours : une enveloppe de 15 millions d’euros sera affectée aux régions sous-équipées. Au-delà de l’amélioration des soins et des pratiques médicales, le Plan cancer propose une prise en charge globale de la personne dans le cadre d’un parcours de soins coordonné.

Lire la suite

Benoît Hamon sur BFM-TV : « Les 30 milliards d’euros doivent aller en priorité à la baisse du chômage »

Benoît Hamon, ministre de l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation, était l’invité de BFM ce mardi 14 janvier 2014 pour réagir notamment à la conférence de presse de François Hollande. Retrouvez son interview ci-dessous : Extraits "Dans la discussion qui s’ouvre, j’attends de la part des chefs d’entreprise, que le compte y soit. (…) Le pacte de responsabilité repose sur des contreparties fortes en terme de création emplois, de pénibilité et de lutte contre précarité." "Moi ce qui m’intéresse quand on met 30 milliards d’euros sur la table, ce sont les contreparties. Quelles seront les contreparties posées sur la…

Lire la suite

Logement : faire rimer transition énergétique et progrès

Quelques jours après le discours du Président de la République en ouverture de la Conférence environnementale, je tenais à revenir sur les annonces qui ont été faites ce week-end en matière de rénovation thermique des logements. Ce sujet est en effet central si l’on veut lutter contre la précarité énergétique de près de 8 millions de Français et réduire notre consommation énergétique globale, donc notre facture énergétique à tous. François Hollande l’a bien rappelé, l’objectif reste celui de réduire notre consommation d’énergie finale de 50% en 2050 alors même que le coût de l’énergie explose du fait de la rareté…

Lire la suite

François Hollande dans le Doubs : l'emploi en territoire rural

Le Président de la République a effectué un déplacement dans le Doubs vendredi 3 mai sur l'emploi en territoire rural, en compagnie des ministres Pierre Moscovici, Michel Sapin et Stéphane Le Foll. Accueilli à Avoudrey, il a visité l'entreprise Amiotte, fleuron de la fabrication de saucisses de Morteau puis l'entreprise SIS, spécialisée dans la maroquinerie de luxe. François Hollande a ensuite rejoint Mamirolle et l'Ecole nationale d'industrie laitière (Enil), où il a signé une charte pour l'insertion par l'emploi dans les territoires ruraux avec 15 organisations de la filière agricole et agroalimentaire. Cette charte prévoit la création de 60 000…

Lire la suite

Ne laissons aucune trêve à la transition énergétique de nos logements

François Hollande et Cécile Duflot à Alfortville

François Hollande et Cécile Duflot à Alfortville

Lundi 1er avril sonnait la fin de la trêve hivernale, trêve des expulsions de locataires ne pouvant plus assumer le montant de leur loyer. La gauche ne peut décemment rester les bras croisés.

La situation du logement en France relève tant que problème sociaux qu’écologiques, et les deux sont liés. Dans un billet précédent, je vous parlais déjà du rapport de la Fondation Abbé Pierre et de précarité énergétique. A ces 8 millions de Français qui en souffrent s’ajoutent le manque cruel de logements là où il y en a le plus besoin et la baisse constante du nombre de constructions de logements neufs depuis 2007. Ce constat signe l’échec de la promesse d’une « France de propriétaires » de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, les demandes de logements sociaux explosent, particulièrement dans les grandes agglomérations. 1,7 million de foyers avaient demandé un logement social à la mi-mai 2012. Seuls quelques dizaines de milliers de foyers ont pu engager les travaux globaux de rénovation thermique de leur logement nécessaires pour réduire durablement leur facture énergétique, mais à quel prix ? Les petits propriétaires, souvent mal ou pas conseillés, font face au défaut d’information à ce sujet.

Le ministère du Logement tente de répondre à ces multiples problèmes. Il a été entamé à l’automne par l’augmentation du seuil obligatoire de logements sociaux pour les communes de plus de 3500 habitants et des sanctions exemplaires à l’égard des maires se refusant à construire ce type de logements sociaux. A suivi l’annonce de l’introduction d’une garantie locative pour assurer les impayés de loyers et éviter les expulsions locatives. Mais d’autres mesures pourront être apportées, notamment pour imposer des critères de mixité sociale dans toute construction de logements neufs, et diminuer les ghettos de riches ou de pauvres.

Réorienter la rénovation thermique vers ceux qui en ont le plus besoin

Habiter mieuxIl me paraît essentiel de combattre la précarité énergétique, avec pour impératif de réduire leur facture énergétique en mettant les travaux de rénovation thermique à la portée de tous les ménages, et en particulier les plus modestes. Révision des prêts à taux zéro, nouveau dispositif Scellier, introduction de critères stricts en matière énergétique pour assurer la construction de nouveaux logements destinés à la location, et peu consommateurs en énergie, rénovation du parc HLM, voilà autant de mesures annoncées par Cécile Duflot qui peuvent paraître techniques, mais sont en réalité sociales et écologiques. Tout cela n’aurait que peu d’effet si nous ne mettions rien en œuvre pour aider les ménages à y voir plus clair sur les dispositifs de financement de tels travaux et sur leur réalisation. C’est donc le guichet unique de la rénovation énergétique, le dispositif de tiers investisseur annoncé, mais pourquoi ne pas envisager enfin des mesures efficaces en matière de fiscalité écologique, pour financer ces travaux et atteindre l’objectif de rénovation d’un million de logements par an ?

Lire la suite

Intervention de François Hollande

A l’occasion de l’interview en direct hier sur France 2, François Hollande est revenu sur la situation actuelle en faisant le point tant sur la politique menée depuis maintenant 10 mois que sur les perspectives à venir. Sous une forme différente de la conférence de presse du 13 novembre 2013, le chef de l’État a expliqué la politique du Gouvernement et rendu compte aux Français des mesures mises en œuvre. La crise que nous traversons depuis 2008 est une crise profonde, qui nécessite des réformes structurelles. Davantage que l’annonce de nouvelles mesures, cet échange a permis de rappeler les objectifs…

Lire la suite

Droits des femmes, égalité femmes-hommes : les orientations données par François Hollande

Discours de François Hollande en ouverture de "Le 8 mars, c'est toute l'année"Jeudi soir, lors d’un discours en ouverture de la soirée « Le 8 mars, c’est toute l’année », à la Cité des Sciences et de l’Industrie, le Président de la République a donné les grandes orientations de la politique du Gouvernement en matière d’égalité femmes-hommes et de droits des femmes, en présence de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes.

Outre la création de ce ministère de plein exercice, qui est un symbole fort, François Hollande a rappelé qu’il a demandé au Gouvernement d’agir dans quatre directions :

1. La lutte contre le harcèlement sexuel : une nouvelle loi, la première du quinquennat, a d’ailleurs été adoptée à l’été 2012 à l’unanimité.

2. L’égalité au travail : elle est au cœur de toutes les négociations qui sont engagées. L’État prend ses responsabilités et applique effectivement les sanctions prévues par la loi de 2010 et qui faisait l’objet de trop de dérogations. L’urgence n’est pas de voter des lois, c’est de faire appliquer celles qui existent, notamment en matière d’égalité salariale : à poste égal, les femmes gagnent en moyenne 27 % de moins que les hommes.

3. Le droit d’accéder à la contraception, notamment pour les mineures : la majorité a voté la prise en charge à 100 % de la contraception et de l’IVG. De même, face aux interrogations de ces dernières mois sur certaines pilules, une nouvelle politique contraceptive sera annoncée à la fin du mois de mars avec, début juin, le lancement d’une grande campagne d’information sur la contraception.

4. L’apprentissage de l’égalité à l’école : parc que tout s’apprend, même l’égalité, c’est dès l’école que l’on doit combattre les inégalités. Le programme « Les ABCD de l’égalité » sera déployé dans 10 académies. Si cette expérimentation est concluante, son déploiement sera généralisé. Par ailleurs, il sera rappelé et consacré la mixité des métiers et des formations, notamment dans les filières d’apprentissage des métiers de l’industrie, les écoles d’ingénieurs, le bâtiment…

Au-delà du travail qui a d’ores et déjà été effectué et qui reste à poursuivre, une nouvelle étape à engager. C’est pourquoi un projet de loi cadre pour les femmes sera présenté au printemps 2013 par Najat Vallaud-Belkacem. Ce projet de loi visera trois objectifs principaux :

Lire la suite

Visite de François Hollande en Algérie : un discours de « vérité »

Le Président de la République était en visite d’Etat en Algérie les 19 et 20 décembre. Un moment fort qui fonde de nouvelles relations avec le peuple algérien, 50 ans après la fin de la guerre d’Algérie. Un moment de vérité aussi, où il est question de regarder en face la réalité de ce qui a été une meurtrissure profonde et durable des deux côtés de la Méditerranée.

Membre du groupe d’amitié France-Algérie à l’Assemblée nationale et ayant vécue enfant dans ce beau pays, je souhaite vous faire partager l’intégralité du discours de François Hollande devant les deux chambres du Parlement algérien.

- - -

Allocution du Président de la République devant les deux chambres réunies du Parlement algérien par elysee
- - -

François Hollande devant le Parlement algérienMonsieur le Président du Conseil de la Nation,

Monsieur le Président de l’Assemblée populaire nationale,

Monsieur le Premier ministre,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les Parlementaires.

Vous me faites grand honneur en me recevant ici, en m’accueillant, comme le peuple algérien l’a fait hier. Je mesure l’importance de l’événement, mais aussi la grandeur de l’enjeu ouvrir un nouvel âge dans la relation entre la France et l’Algérie. Ma visite vient dans un moment chargé de sens et de symboles, il y a cinquante ans, l’Algérie accédait à l’indépendance, elle s’arrachait à la France, après une guerre longue de huit ans.

Elle devenait la République algérienne libre et souveraine. Elle conquérait ce droit, ce droit inaliénable, ce droit de pouvoir disposer pour un peuple de lui-même. Cinquante ans, c’est court à l’échelle de l’histoire, et pourtant, quel chemin a été parcouru par l’Algérie depuis 1962. L’Algérie est aujourd’hui un pays respecté sur la scène internationale, qui compte, qui pèse, l’Algérie est un pays dynamique, dont les ressources sont considérables, dont l’économie est en développement, et je mesure ces étapes chaque fois que je viens en Algérie, depuis 1978, lorsque jeune fonctionnaire français, j’étais pour huit mois à l’ambassade de France à Alger.

L’Algérie est un pays jeune, dont la moitié de la population a moins de 26 ans, et donc plein de promesses, l’Algérie est un pays courageux, il l’a prouvé dans son histoire, il l’a prouvé encore plus récemment face à l’épreuve terroriste qu’il a traversée – ce pays – avec dignité et unité. A cette Algérie, fière de son passé, consciente de ses forces, la France, à travers moi, adresse des vœux de prospérité et de réussite.

Mais la question qui est posée à nos deux pays, l’Algérie et la France, elle est simple, elle est grave : sommes-nous capables d’écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire ? Je le crois. Je le souhaite. Je le veux. Nous ne partons pas d’ailleurs de rien, puisque nous pouvons nous appuyer sur les liens humains que vous avez rappelés, Monsieur le Président, linguistiques, je parle une langue, le français, que vous connaissez et que vous parlez, des liens économiques, qui unissent aussi nos deux pays.

Lire la suite