100 %Membre de la Délégation aux droits des femmes à l’Assemblée nationale, je veux aujourd’hui saluer une annonce qui, à mon sens, est à tort passée inaperçue. Il s’agit de la prise en charge à 100 % de l’IGV dès 2013.

Avec cette mesure, Marisol Touraine, ministre de la Santé, concrétise de façon rapide et déterminée un engagement pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle. C’est une avancée réelle pour le droit des femmes qui contribuera à faire progresser les mentalités en faveur de la liberté des femmes à disposer de leurs corps.

En France, 250 000 Interruption Volontaire de Grossesse sont pratiquées en moyenne chaque année. Jusqu’à présent, la Sécurité Sociale remboursait l’IVG à 80% lorsqu’elle était chirurgicale, à 70% lorsqu’elle était médicamenteuse. Les bénéficiaires de la CMU (Couverture Maladie Universelle) et les mineures avaient droit à une prise en charge totale. Pour de trop nombreuses femmes, le « reste à charge » s’avérait un réel frein inacceptable à l’émancipation. Le remboursement total sera de nature à faciliter l’accès à l’IVG, dont le coût s’établit entre 200 € et 500 € par intervention. La revalorisation simultanément annoncée du tarif permettra de lever les réticences des praticiens que l’on pouvait connaître jusqu’à présent.

Près de 40 ans après la loi Veil, cette réforme permettra une plus grande effectivité du droit. Elle constitue une réponse respectueuse des personnes face à ceux qui ont osé introduire ces derniers mois la notion « d’IVG de confort » dans le débat public. Interrompre une grossesse n’est jamais une décision facile à prendre, elle n’est jamais et en aucun cas de confort.