Au fil des mois, je m’inquiète de l’émergence de la violence verbale et de l’insulte au sein du débat de la gauche. Je veux ici dénoncer en particulier les propos outranciers et les attaques sur la personne du Président de la République dans certaines déclarations du co-président du Front de gauche.

Je tiens à rappeler le danger mortel qu’il y aurait pour une composante de la gauche d’espérer gagner contre l’autre en souhaitant sa défaite. L’enjeu de la qualité démocratique d’un projet de gauche pluraliste exige dès aujourd’hui une parole politique plus modeste, plus authentique et plus coopérative en faisant une place à des espaces de débats et de dialogue loin des postures médiatiques.