François Hollande - Discours d'investitureIl y a parfois beaucoup de faste dans notre tradition républicaine… Ce mardi, la cérémonie d’investiture qui a fait officiellement de François Hollande le septième Président de notre République n’a pas été une exception à la règle.

Pourtant, je crois que notre Nation a parfois besoin de solennité et de symboles. A travers eux, c’est toute notre histoire qui s’exprime et qui nous rappelle que le Président de la République, désigné par une majorité d’électeurs, se doit d’incarner pleinement sa fonction. C’est désormais chose faite pour François Hollande qui n’a pas manqué de rappeler dans son premier discours de Président ses priorités pour la France : la jeunesse, l’éducation, le juste partage des richesses et la transition énergétique.

Il a redit par ailleurs, ce qui compte particulièrement à mes yeux, son respect des corps intermédiaires. Indéniablement, cela marque un changement de style au sommet de l’Etat. François Hollande, en affirmant qu’il ne décidera pas « de tout, pour tous et partout », montre qu’il saura être un Président à l’écoute, désireux de rassembler et certainement pas d’opposer. Autant de choses qui ont manqué durant le précédent quinquennat…

La nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon marque elle-aussi cette volonté de rassemblement. Le maire de Nantes, et député de Loire-Atlantique a été président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale pendant 15 ans. Il semble bien placé pour faire travailler les gens ensemble. Enfin, le fait qu’il soit un germanophone accompli est, à mon sens, un signe envoyé à nos partenaires allemands, avec qui nous devons nous efforcer de donner une nouvelle direction à la construction européenne.

Le choix de ce Premier Ministre va dans le sens des convictions et des méthodes de François Hollande. Il incarne ce que sera, demain, la politique des socialistes et de leurs alliés de la gauche : l’action dans la réflexion et la concertation, le respect de la parole donnée.