Agenda - Semaine du 3 novembre 2014

Lundi 3 novembre séance de travail à ma permanence parlementaire - émission "Les nouvelles vagues" sur France Culture Mardi 4 novembre travail à ma permanence parlementaire Mercredi 5 novembre travail à ma permanence parlementaire Jeudi 6 novembre commission d'enquête sur l'impact de la réduction du temps de travail : auditions - commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire Vendredi 7 novembre différents rendez-vous à ma permanence parlementaire - permanence à Pouilley-les-Vignes - rendez-vous avec des sages-femmes - assemblée générale du PS à Besançon - conférence de la Confédération paysanne à Valdahon : "Comprendre la vie du sol, pour…

Lire la suite

Réchauffement climatique : une semaine d’inaction pour le climat…

Après l’échec de la Conférence de Bonn sur le climat fin octobre et un nouveau Paquet « Energie-climat 2030 » de l’Union Européenne peu ambitieux, le 5ème rapport des scientifiques du GIEC sur le climat a achevé de sonner l’alarme. Pourtant, indécision, compromis, blocages et inertie semblent prédominer dans l’actualité de décisions politiques sensées combattre urgemment le réchauffement climatique.

Paquet « Energie climat 2030 » : fausses avancées et vraies inquiétudes
Un paquet « Energie-Climat » est un plan d’action issu d’un accord obtenu entre les 28 pays membres de l’Union Européenne (UE) au sujet de la lutte commune contre le réchauffement climatique. Le dernier datait de 2009.
Vendredi 24 octobre, les Etats membres se sont donc accordés sur une nouvelle mouture, issue de mois de négociations. En apparence, des mesures ambitieuses sont actées. L’UE s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’au moins 40% d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Mais une ombre est portée au tableau : sur la même période, la consommation d’énergie issue des énergies renouvelables devra passer à 27%, tout comme l’efficacité énergétique, au lieu des 30% initialement prévus, tout cela sans aucun aspect contraignant pour les Etats-membres.
Difficile de penser que le pouvoir politique ne pouvait accoucher que de ce compromis. Les parlementaires européens avaient eux-mêmes réagi et réclamé des engagements plus ambitieux pour ces deux objectifs, respectivement de 30 et 40 %, lors d’un vote en février dernier. Encore une fois, nous passons à côté de la construction d’une Europe politique, une Europe qui se doterait d’une politique commune en matière énergétique et s’appuierait sur le Parlement démocratiquement élu par nos concitoyens.
C’était sans compter sur le poids des pressions exercées par le Royaume-Uni, qui avait par ailleurs obtenu de la Commission Européenne un mécanisme inédit de soutien à la construction d’une centrale nucléaire à Hinkley Point. C’était également sans compter sur la Pologne et les concessions obtenues, elle qui s’appuie encore à 80% sur le charbon, gros émetteur de GES. L’enjeu résidait en effet dans la mise en place de mécanismes de solidarité pour aider les pays de l’Est de l’UE à répondre à ces objectifs.

Lire la suite

France Culture - Les nouvelles vagues : la ligne

Lundi 3 novembre, j'étais l'invitée de l'émission "Les nouvelles vagues" de Marie Richeux, sur France Culture. Je vous en propose l'écoute. Voici la description de l'émission sur le site de France Culture : Nous consacrons toute cette semaine à la ligne. Aujourd’hui, la ligne est politique. Avec notre invitée Barbara Romagnan, députée PS du Doubs, nous évoquons ce qu’il est convenu d’appeler la « ligne politique ». Des premières vocations, à l’adhésion aux partis, à l’exercice du pouvoir, qu’est-ce que serait « tenir la ligne » ? Où se trouve la ligne entre compromis et compromission ? En premier lieu…

Lire la suite

Contre le chômage, pensons à la RTT

La semaine dernière, le ministre du Travail a reconnu l’échec de la politique actuellement menée pour réduire le chômage. Cette prise de conscience pourrait permettre de retrouver dans la réduction du temps de travail un outil efficace de lutte contre le chômage. Le travail est déjà, dans les faits, partagé 
– partagé entre ceux qui ne travaillent pas, qui sont donc au chômage, et ceux qui travaillent, parfois trop. L’Insee rappelle que la durée réelle d’un temps plein en France est en moyenne supérieure à 39 heures. Au milieu : ceux qui travaillent à temps partiel et qui, bien souvent, n’ont pas…

Lire la suite

Flash info - Semaine du 27 octobre 2014

EGALITE FEMMES-HOMMES - Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes vient de remettre son rapport. Il montre que les représentations stéréotypées des femmes et des hommes subsistent dans les médias, les manuels scolaires et la communication institutionnelle. Ces stéréotypes se manifestent par un fort déséquilibre quantitatif entre le nombre de femmes et d’hommes représenté-e-s mais aussi par un enfermement des femmes dans certains rôles et situations dévalorisants. Pour les combattre, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes recommande de concentrer l’action sur les financements publics qui doivent constituer un levier d'action. Dans cette…

Lire la suite

Agenda - Semaine du 27 octobre 2014

Lundi 27 octobre séance de travail à ma permanence parlementaire - plusieurs rendez-vous avec des habitants - réunions de compte rendu de mandat à Besançon Planoise et Serre-les-Sapins Mardi 28 octobre commission d'enquête sur l'impact de la réduction du temps de travail : visite de l'établissement public de santé de Ville-Evrard - séance des questions d'actualité au Gouvernement - vote solennel sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 - délégation aux droits des femmes : projet de loi de finances pour 2015 - commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire - colloque avec…

Lire la suite

Pourquoi nous n’avons pas voté le PLFSS ?

En fidélité à nos valeurs et à nos convictions sur le chemin que doit emprunter aujourd’hui la France, nous avons décidé de nous abstenir.

Tout au long des débats sur le PLF et le PLFSS, nous avons porté des amendements visant à relancer la croissance sans creuser les déficits : ciblage des aides aux entreprises sur celles exposées à la concurrence internationale, réutilisation des 23 milliards ainsi libérés sur 5 milliards d’euros d’investissements locaux, 300 000 emplois d’avenir et contrats d’apprentissage (2 milliards d’euros) et 16 milliards pour le pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes via la mise en progressivité de la CSG et sa fusion avec l’impôt sur le revenu.

Nous n’avons pas été entendus. Au contraire, le PLFSS engage une ponction de 10 milliards d’euros sur trois ans des prestations sociales, qui va dans le sens contraire de ce que nous jugeons juste socialement et nécessaire économiquement. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale forme un tout avec le projet de loi de finances présenté la semaine dernière.

Si des avancées sont à souligner pour l’Assurance maladie, à travers la première étape de la généralisation du tiers-payant, ou la suppression des franchises pour les bénéficiaires de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, elles ne sauraient nous faire adhérer à l’orientation globale que traduit ce texte budgétaire.

Le débat sur les allocations familiales, porté au sein du groupe socialiste, a permis de parvenir, à travers la proposition de la modulation, à une solution moins injuste que la baisse de la prime de naissance initialement envisagée par le Gouvernement ; mais au-delà du débat sur la légitimité de cette mesure, qui ne permettra pas de redistribution en direction des plus fragiles, nous pensons qu’on ne peut réformer la politique familiale de cette manière, à l’occasion d’un train d’économies à trouver, sans un débat approfondi sur les objectifs et les principes partagés qui doivent fonder nos décisions.

Lire la suite

L’indispensable transition écologique

Le fracas politique de la semaine me donne encore plus envie de revenir sur la conférence de l’économiste Gaël Giraud, à laquelle j’ai assisté dans un amphi comble à Besançon. À la fois parce qu’elle a donné des éléments de compréhension du monde, bien utiles dans cette période si incertaine et inquiétante, et parce qu’elle était également porteuse d’espoir. Les 600 personnes présentes sont également à noter. Invités par un collectif d’associations, des citoyens se sont déplacés nombreux pour parler crise financière et transition écologique. Gaël Giraud a commencé par une présentation de la situation qui m’a paru lucide et claire.…

Lire la suite