Aujourd’hui, la ministre de la famille Nadine Morano clôturait les états généraux de la petite enfance quelques jours après la publication du décret modifiant les conditions d’accueil en crèche vient d’être publié (le 8 juin). 

Alors que nous sommes dans un contexte général de pénurie de places, le texte permet d’inscrire les enfants en surnombre, jusqu’à 20 % dans les structures de plus de 40 places, 15 % pour les crèches de plus de 20, 10 % pour les lieux d’accueil plus petits. Ce décret permet également d’augmenter la part des personnels moins qualifiés. Il y aura donc davantage d’enfants sous la responsabilité de chaque adulte, qui sera en moyenne moins qualifié.

Ce n’est pas faire montre d’une grande considération pour les personnels qui travaillent dans les crèches et pour les plus jeunes de nos concitoyens, d’où le terme de « sardines » utilisé par les manifestants en parlant des enfants.