Archives pour mai, 2012

L’exemplarité, c’est maintenant

Trop longtemps, la droite au pouvoir a distillé l’idée que la valeur d’un homme ou d’une femme se mesure à l’argent qu’il ou qu’elle gagne.

Pour rappel, dès son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy avait ainsi sans complexe augmenté massivement son salaire, sans considération pour la stagnation – voire la baisse… – du pouvoir d’achat de nombreux Français, en particulier les plus démunis. Et l’actuel secrétaire général de l’UMP et autres ténors de la droite ont pendant cinq ans mené une politique en faveur de ceux qui gagnent le plus, notamment en mettant en place un « bouclier fiscal » et en abaissant drastiquement l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF).

François Hollande a choisi de prendre le contrepied de cette politique. En décidant que le salaire du dirigeant d’une grande entreprise publique sera désormais plafonné, il fait un pas de plus vers cette exemplarité annoncée durant sa campagne. Cette mesure se situe dans la droite ligne de la baisse de 30 % du salaire du Président de la République et des Ministres du Gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Il ne s’agit pas, bien sûr, de dénigrer l’argent ou ceux qui en gagnent, mais bien de rappeler que la cohésion sociale est sur le long terme incompatible avec d’indécents écarts de revenus entre les membres d’une même société. Cela est particulièrement vrai en temps de crise économique, période durant laquelle il est d’autant plus inacceptable que certains voient leur revenu augmenter démesurément quand d’autres sont forcés de « se serrer la ceinture ».

Certes, cette mesure a des allures de symbole. L’écart de 1 à 20 entre les salaires reste conséquent. Mais en République, le symbole compte aussi. Et comme l’écrivait hier Vincent Giret dans Libération, l’exemplarité est une condition sine qua non pour affronter collectivement les temps difficiles.

Réunion débat : « Comment redonner espoir aux jeunes des quartiers populaires ? »

Mercredi 30 mai à 20h au Palais des sports de Besançon

Les jeunes subissent de plus en plus vivement les crises qui traversent notre société. François Hollande, notre nouveau Président, fait de la jeunesse sa priorité, parce qu’elle est « au cœur de la cohésion nationale ».

Mais la jeunesse ne forme pas un tout. L’écart s’aggrave entre les jeunes diplômés et les jeunes qui décrochent. Dans les quartiers populaires, une jeunesse silencieuse est menacée de marginalisation et d’exclusion.

Venez débattre avec :

  • El Yamine SOUM, sociologue, auteur de « Discriminer pour mieux régner » et « La France que nous voulons »
  • Barbara ROMAGNAN, candidate aux élections législatives

Comment redonner espoir aux jeunes des quartiers populaires ?

École-Valentin : ma réponse au courrier de l’association « Initiatives »

L’association « Initiatives » d’École-Valentin m’a adressé récemment un courrier pour connaitre ma position au sujet des nuisances sonores des infrastructures routières.

Par souci de transparence, et parce que mes réponses peuvent vous intéresser également, j’ai choisi de les rendre publiques.

Notre affiche officielle

La campagne officielle pour les élections législatives a commencé ce lundi 21 mai. Voici donc l’affiche officielle apposée dans la circonscription pour présenter ma candidature et celle de Gérard Galliot, mon suppléant.

Découvrez mon document de campagne

TéléchargementJ’ai le plaisir de vous faire découvrir en avant-première mon document de campagne « 4 pages » qui sera diffusé dès ce lundi 21 mai dans l’ensemble de la circonscription, grâce à la mobilisation de militants, sympathisants et citoyens engagés à mes côtés pour les législatives des 10 et 17 juin.

N’hésitez pas à le partager autour de vous. Nous serons également sur le terrain, à votre rencontre, dans vos lieux de vie, de travail, de loisirs afin d’évoquer vos préoccupations.



Passation de pouvoir : le changement est en marche

François Hollande - Discours d'investitureIl y a parfois beaucoup de faste dans notre tradition républicaine… Ce mardi, la cérémonie d’investiture qui a fait officiellement de François Hollande le septième Président de notre République n’a pas été une exception à la règle.

Pourtant, je crois que notre Nation a parfois besoin de solennité et de symboles. A travers eux, c’est toute notre histoire qui s’exprime et qui nous rappelle que le Président de la République, désigné par une majorité d’électeurs, se doit d’incarner pleinement sa fonction. C’est désormais chose faite pour François Hollande qui n’a pas manqué de rappeler dans son premier discours de Président ses priorités pour la France : la jeunesse, l’éducation, le juste partage des richesses et la transition énergétique.

Il a redit par ailleurs, ce qui compte particulièrement à mes yeux, son respect des corps intermédiaires. Indéniablement, cela marque un changement de style au sommet de l’Etat. François Hollande, en affirmant qu’il ne décidera pas « de tout, pour tous et partout », montre qu’il saura être un Président à l’écoute, désireux de rassembler et certainement pas d’opposer. Autant de choses qui ont manqué durant le précédent quinquennat…

La nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon marque elle-aussi cette volonté de rassemblement. Le maire de Nantes, et député de Loire-Atlantique a été président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale pendant 15 ans. Il semble bien placé pour faire travailler les gens ensemble. Enfin, le fait qu’il soit un germanophone accompli est, à mon sens, un signe envoyé à nos partenaires allemands, avec qui nous devons nous efforcer de donner une nouvelle direction à la construction européenne.

Le choix de ce Premier Ministre va dans le sens des convictions et des méthodes de François Hollande. Il incarne ce que sera, demain, la politique des socialistes et de leurs alliés de la gauche : l’action dans la réflexion et la concertation, le respect de la parole donnée.