skip to Main Content

Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan et Régis Aubry ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

2017@barbararomagnan.eu Permanence de campagne - Parti socialiste - 17 avenue de la Gare d'eau - 25000 Besançon

Visite de la maison d’arrêt de Besançon

Visite De La Maison D’arrêt De Besançon

Comme je l'ai fait à plusieurs reprises au cours de ce mandat, je me suis de nouveau rendue récemment à la maison d'arrêt de Besançon avec mon collègue Eric Alauzet pour faire le point sur la situation de l'établissement. Je vous propose de découvrir le reportage tourné par France 3 Franche-Comté, qui a pu nous accompagner, comme le prévoit désormais la loi. Maison d'arrêt de Besançon

Lire la suite

Pupilles de la Nation : pour l’égalité réelle des indemnisations

Pupilles De La Nation : Pour L’égalité Réelle Des Indemnisations

La qualité de pupille de la Nation a été instaurée en France au moment de la première guerre mondiale, par la loi du 27 juillet 1917 qui a créé l’Office national des pupilles de la Nation. Destiné à l'origine aux enfants « orphelins de guerre » adoptés par la Nation, ce statut permettait aux enfants et jeunes gens qui le reçoivent une protection supplémentaire et particulière, en complément de celle exercée par leurs familles. Elle ne les place nullement sous la responsabilité exclusive de l’État (au contraire du statut de pupille de l’État). Ce statut a progressivement été étendu à d’autres…

Lire la suite

Armement de la police municipale : l’illusion sécuritaire

Armement De La Police Municipale : L’illusion Sécuritaire

La répétition des actes terroristes sur notre sol relance un débat ancien sur la nécessité de doter les policiers municipaux d’armes à feu. En effet, la police de proximité est particulièrement exposée, ainsi que les autres personnels en uniforme.  Or, militaires et policiers nationaux sont armés et ont, par conséquent, les moyens de riposter créant ainsi un traitement inégalitaire des moyens de défense et un sentiment légitime d’insécurité chez les agents municipaux. C’est dans ce contexte que le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a confirmé et expliqué sa position : il n’armera pas sa police municipale. Si l’on peut comprendre…

Lire la suite

Déchéance de nationalité : il n’y a pas de demi français

L’exécutif entend proposer au Parlement une réforme de la Constitution dans laquelle il souhaite inscrire la déchéance de la nationalité française pour les personnes nées en France mais qui disposent d’une autre nationalité, s’ils se sont rendus coupables d’actes de terrorisme.

Cette proposition me semble sans effet dans la lutte contre le terrorisme, irrespectueuse à l’égard des autres États et des autres peuples, discriminatoire à l’égard de nos concitoyens binationaux et en contradiction avec les valeurs dont la République se réclame.

Évidemment, la déchéance de nationalité ne servira à rien dans notre combat contre le terrorisme. Personne, à commencer par le Président qui fait cette proposition, n’imagine que celui ou celle, binational, qui prévoirait de commettre un attentat, soit d’une quelconque manière retenu(e) dans son intention par la crainte de perdre sa nationalité française. Il faut le préciser car cette proposition est faite dans le contexte de la mobilisation du pays pour lutter contre le terrorisme.

Lire la suite

État d’urgence : les raisons de mon vote

À l’heure où j’écris ces lignes, les Tunisois ont été à nouveau touchés par un attentat. Hier, c’était Bamako, Paris, Saint-Denis, encore avant Beyrouth. Comment de jeunes gens peuvent-ils en arriver à tuer tant d’innocents et à se donner la mort dans un même élan ? Comment pouvons-nous nous protéger de cette violence, en France et dans le reste du monde ?

C’est dans ce contexte d’horreur et de peine que les responsables politiques, mais plus largement nous tous, citoyens, devons réfléchir, comprendre, tenter d’apporter des réponses pour nous protéger, préparer la vie d’après. Réfléchir aux réponses que nous apportons « à l’intérieur », au niveau des règles en vigueur dans la société française, car ce sont surtout des Français qui nous ont frappés ; réfléchir aussi aux enjeux internationaux, interroger notre politique étrangère.

Sur le plan intérieur, lundi 16 novembre, le Président de la République a annoncé, lors de son discours devant le Congrès, la création de 5 000 nouveaux postes de policiers et de gendarmes, 2 500 nouveaux postes dans la Justice, 1 000 nouveaux postes de douaniers et le maintien des effectifs militaires jusqu’en 2019. Ces moyens humains contribueront à renforcer l’action de ces ministères et services qui jouent un rôle clef pour notre sécurité. C’est une décision que je salue.

Il a également annoncé qu’il solliciterait les parlementaires sur l’opportunité de proroger l’état d’urgence de trois mois et de procéder à certaines modifications dans la définition de cet état d’urgence. C’est jeudi 19 novembre que nous avons eu à nous prononcer sur ces propositions visant à modifier loi n°55-385 du 3 avril 1955. Après une réflexion ardue, dans un contexte extrêmement difficile pour tous et toutes, j’ai pris la décision de m’y opposer en votant contre le texte proposé par le Gouvernement, car je doute de son opportunité et de son efficacité pour répondre à l’énorme défi qui se présente à nous. Je regrette que l’urgence de la situation n’ait pas laissé la place suffisante à un débat mesuré.

Si beaucoup d’entre vous m’ont fait part de leur satisfaction, d’autres ont exprimé leur désaccord ou leur incompréhension. Le sujet est éminemment sensible ; il est complexe et, cependant, inévitablement passionné. Mon vote est de plus très minoritaire. La discussion, même vive pourvu qu’elle soit respectueuse, est évidemment pleinement justifiée et nécessaire. Parce que le délai de discussion avant le vote a été très restreint je veux ici prendre à nouveau le temps d’expliquer de manière plus détaillée ce qui a motivé ma décision en me fondant à la fois sur le contenu des articles qui étaient soumis à notre délibération et sur le contexte dans lequel s’est déroulé le débat.

Lire la suite

Attentats du 13 novembre : l’urgence d’apaiser

Le 13 novembre au soir ont eu lieu des actes d’une extrême violence, qui ont coûté la vie à 129 de nos concitoyens. Ces attentats, dix mois après ceux de janvier, ont à nouveau semé l’horreur parmi nous. Je veux dire ma peine, et ma pleine solidarité avec les proches des victimes. Même quand on n’est pas touché directement, comment ne pas se confondre avec cette femme dont l’enfant est décédé au Bataclan, à cet homme dont l’amour est mort pour cause de dîner partagé avec des amis sur une terrasse de café, à cette jeune femme qui ne reverra plus jamais ses amies ?

Je veux dire aussi ma reconnaissance et mon respect à toutes celles et ceux qui soignent, sauvent, protègent, enquêtent – parfois au péril de leur vie – suite à ces effroyables attaques mais aussi tout au long de l’année, car ils ont choisi d’en faire leur métier pour notre plus grand bénéfice à tous.

Au lendemain de ces attentats, le 16 novembre, le Président de la République a présenté, devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, des mesures concrètes pour protéger notre pays et renforcer la lutte contre le terrorisme. Parmi celles-ci, il a annoncé la création de 5000 postes de policiers et de gendarmes, de 2500 postes dans la justice et de 1000 postes de douaniers. Ces moyens humains contribueront à renforcer l’action de ces ministères et services qui jouent un rôle clef pour notre sécurité. Elles participent à compenser par ailleurs les 12 000 suppressions de postes qui avaient été décidées dans la police sous le quinquennat précédent.

De la même manière, la remise en question du pacte de responsabilité en vue de financer ces postes me semble être une décision cohérente de nature à assurer la pérennité de ces mesures. Je trouve particulièrement opportun que l’impératif budgétaire puisse céder à certaines priorités politiques.

Le Président a également rappelé la nécessité d’inscrire notre action dans le cadre des instances internationales ; la coordination avec l’ONU constitue en effet une condition nécessaire à toute éventuelle intervention française à l’étranger.

Lire la suite

Projet de loi relatif au renseignement : une protection insuffisante des libertés individuelles

L’Assemblée examine en ce moment le projet de loi relatif au renseignement. Ce nouveau texte de loi, annoncé au lendemain de l’attentat de Tunis, s’inscrit dans la volonté manifestée par le Gouvernement à la suite des attentats de janvier de renforcer la protection contre la menace terroriste. En septembre dernier, l’Assemblée avait déjà adopté un texte de loi relatif au renforcement de la lutte contre le terrorisme. Cette loi prévoyait notamment de créer une interdiction de sortie de territoire dans le code d’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA), et de durcir les peines prévues pour faits de terrorisme. Si l’on ne peut que comprendre la volonté de renforcer la sécurité, il convient de rappeler que les textes travaillés dans l’urgence sont rarement ceux qui apportent des réponses durables.

Lire la suite
Back To Top