La lettre

La lettre – Vendredi 21 mars

MERCI !

Par ce petit mot, je veux vous dire ma reconnaissance pour votre soutien et votre engagement à mes côtés dans cette aventure des élections cantonales.

Si il n’y a rien de glorieux pour une candidate du PS à gagner dans le canton de Planoise, il convient toutefois de se rappeler qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance et que l’on peut gagner de façon plus ou moins nette. Or, nous l’avons emporté de belle manière.

De belle manière parce que nous avons fait un très bon résultat et parce que, tous ensemble, nous avons fait une belle campagne, ouverte, digne, soucieuse de l’intérêt de nos concitoyens et à leur écoute.

De notre résultat, je retiendrai surtout celui du premier tour qui, avec 45,10 %, a laissé tous nos concurrents et adversaires loin derrière avec une droite quasi inexistante. Notre score du 2ème tour, 70,35 %, tout satisfaisant qu’il soit, est à mon sens moins significatif car il nous a amené à être en opposition avec une candidate participant à la majorité municipale de la ville de Besançon. Il nous faut tout de même noter la loyauté de nos partenaires du PCF, des Verts et des Alternatifs qui nous ont apportés clairement leur soutien.

De notre campagne, je retiens votre engagement, vos encouragements, votre présence à mes côtés, dans le porte à porte, dans le boîtage, sur les marchés, au téléphone, dans les cafés. Je remercie également ceux qui m’ont fait bénéficier de leur image positive auprès des habitants en me prêtant leur nom pour mon comité de soutien, en m’accompagnant dans les différentes manifestations.

La suite >

La lettre – Lundi 28 janvier 2008

Pourquoi je suis candidate
dans le canton de Besançon-Planoise ?

Je suis enseignante et je milite depuis des années parce que notre société est violente et particulièrement dure pour les plus fragiles d’entre nous. Je pense que chacun se doit d’agir à son niveau pour améliorer les choses, que ce soit à l’échelle familiale, associative, syndicale, ou autre, même s’il se sent souvent impuissant face à la gravité de la situation.

Personnellement, j’ai choisi d’être candidate au Conseil général, parce que c’est un des lieux où se prennent les décisions, où l’on peut œuvrer à améliorer la vie quotidienne de chacun et de nos enfants, un lieu où l’on peut agir pour transformer notre société.

Je suis candidate dans ce canton qui englobe les Tilleroyes / Epoisses / Cassin / Polyclinique / Châteaufarine / Hauts-du-Chazal, parce que c’est ici que je vis, place Cassin et parce que ce canton, malgré toutes ses richesses, est aussi un de ceux qui abrite le plus de gens dans la difficulté.

La suite >

La lettre – Dimanche 13 janvier 2008

A Planoise, à minuit le 31 décembre, les gens ont ouvert leurs fenêtres pour se souhaiter la bonne année les uns aux autres. Ca faisait chaud au coeur, dans le froid de l’hiver. C’est sans doute révélateur d’un état d’esprit des habitants - de certaines habitants - de ce quartier. Un quartier où les gens s’adressent la parole, où ils n’ont pas peur de sonner chez leur voisin pour se faire dépanner d’un litre de lait… un peu comme dans un village sans doute.

J’aimerais que cela soit également annonciateur d’une attitude des gens les uns envers les autres pour l’année qui commence et pour toutes les autres, à Planoise, à Besançon, en France et dans le monde. Annonciateur d’une attitude des pays les uns envers les autres, des plus forts à l’égard de ceux qui ont moins de chance dans la vie, de l’homme envers la nature…

Mais je me rends compte que c’est ce que j’espère tous les ans et on ne peut pas dire que cela change quoi que ce soit. Au risque de « casser l’ambiance » dans cette période de voeux, ce que j’observe dans le monde me révolte, m’anéantit lorsque je suis fatiguée et m’inquiète. Quant à ce qui se passe plus près de nous, dans le Gouvernement de notre pays, cela ne me donne pas vraiment de raisons d’espérer.

La suite >

La lettre – Mardi 11 décembre 2007

Les 9 et 16 mars, nous serons amenés à voter pour les élections municipales et pour les élections cantonales. Il faudra donc voter pour choisir votre maire et son équipe, ainsi que votre conseiller général si vous êtes dans un canton renouvelable.

En effet, les 35 conseillers généraux du département du Doubs ne sont pas tous élus en même temps. 18 ont été élus en mars 2004, 17 le seront en mars 2008. Le canton de Planoise dans lequel je me présente fait partie des cantons renouvelables.

Depuis 2004, la majorité du Département est menée par Claude Jeannerot, président socialiste du Conseil général. Depuis 1913, le Conseil général avait toujours été à droite. La majorité de gauche d’aujourd’hui est fragile, puisque 19 conseillers généraux se retrouvent dans la majorité contre 16 dans l’opposition. Si deux cantons sont perdus par la majorité actuelle, le Conseil général changera de mains et c’est l’ensemble du projet de solidarité et de redynamisation du département qui sera remis en cause.

La suite >

La lettre – Mardi 17 juillet

Il y a maintenant un mois que s’est déroulé le deuxième tour des élections législatives. La gauche a perdu, mais moins durement que ce à quoi on pouvait s’attendre. De même dans notre circonscription la victoire n’a pas été au rendez-vous, néanmoins il ne nous a manqué que 126 voix (sur près de 44 000 exprimés) pour l’emporter.

Quelques tentatives d’explications de notre défaite…

La suite >