Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

Formulaire indisponible pour l'instant.

Adressez votre courriel à [email protected]

Étiquetage de l’origine de la viande et du lait : obligatoire dès le 1er janvier 2017

Etiquetage Viande Lait

C’est officiel depuis la publication au Journal officiel d’un décret le 19 août et d’un arrêté ce vendredi 30 septembre : à partir du 1er janvier 2017, tous les produits transformés devront comporter un étiquetage de l’origine du lait et de la viande. Cet étiquetage de l’origine est d’ores et déjà obligatoire pour l’ensemble des viandes fraîches depuis le 1er avril 2015.

J’avais appelé de mes vœux à plusieurs reprises cette avancée importante qui doit permettre d’une part, une meilleure information du consommateur qui attend de l’agro-alimentaire toute la transparence sur l’origine des produits, d’autre part, une meilleure valorisation des productions agricoles françaises dans une période où les agriculteurs connaissent de grandes difficultés.

L’étiquetage qui sera mis en place sur les produits transformés constitue une expérimentation pour 2 ans que la France, à travers l’engagement du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait demandé avec insistance auprès de l’Union européenne.

L’arrêté établit, entre autre, la proportion de viande utilisée comme ingrédient dans les produits transformés et de lait dans les produits laitiers à partir de laquelle il sera obligatoire d’apposer la mention de l’origine de ces produits. Cet étiquetage sera obligatoire dès qu’un produit transformé contient au moins 8 % de viande, ou dès qu’un produit laitier contient au moins 50 % de lait. On peut juger ces seuils trop importants, mais ils permettent tout de même de couvrir une très large part des produits transformés à base de viande ou de lait.

Pour la viande, il devra être fait mention des lieux de naissance, d’élevage et d’abattage de l’animal ; concernant le lait ce sont les lieux de collecte, de transformation ou de conditionnement qui devront être indiqués. Lorsque l’ensemble des étapes de production se déroule dans le même pays, une seule mention « origine » pourra être utilisée pour simplifier l’information. Je regrette cependant que la mention de l’origine puisse être de façon sibylline « UE » lorsque les différentes étapes se déroulent dans plusieurs pays de l’Union européenne. Il aurait été préférable, à mon sens, d’afficher de façon transparente le détail des pays.

Si cette étape constitue un pas supplémentaire encourageant, les consommateurs devront rester vigilants et lire, parfois avec précautions, la liste des ingrédients de ces produits transformés, dont on sait que la taille et la position sur l’emballage ne facilitent pas la compréhension simple et rapide.

Les acteurs de la filière agricole française peuvent toutefois s’approprier ce dispositif et mettre encore davantage en avant l’origine « France » des produits et les effets positifs sur l’économie locale et la juste rémunération des producteurs.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *