Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

Formulaire indisponible pour l’instant.

Adressez votre courriel à [email protected]

Les coopératives franc-comtoises mises à l’honneur par Benoît Hamon

Visite de Benoît Hamon dans le JuraBenoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation, était en visite dans le Jura vendredi. Ce déplacement a permis de mettre à l’honneur des coopératives franc-comtoises. Ainsi, le ministre a visité la SCOP (société coopérative) Juratri, qui réalise un formidable travail d’insertion par l’activité pour plus de 140 salariés chaque année autour du tri des déchets et de leur valorisation notamment.

Berceau de la coopération, la filière Comté est partie prenante de l’économie sociale et solidaire (ESS). C’est ce qu’a pu constater Benoît Hamon en découvrant la fruitière et le magasin de vente de Plasne, au sud de Poligny. Les acteurs de la filière ont pu faire part de leurs difficultés et de leurs attentes, de même que ceux de la filière viti-vinicole lors de la visite du chai du Château Béthanie à Arbois.

Lors de son intervention au CarCom de Lons-le-Saunier en début d’après-midi pour ouvrir la conférence « L’entreprise à l’heure du territoire : de la résistance à la métamorphose », en présence de Claude Alphandéry, président du Labo ESS et président d’honneur du réseau France Active, Benoît Hamon est revenu sur les enjeux pour l’économie sociale et solidaire, à quelques mois de la présentation du futur projet de loi : « Pour répondre aux besoins qui s’expriment, notamment par la population, nous devons co-construire des réponses adaptées, différenciées selon les territoires et les acteurs. L’économie sociale et solidaire permet cette souplesse, en conciliant l’utilité sociale et l’efficacité économique ». Un fonds pour l’innovation sociale, doté de plusieurs dizaines de millions d’euros et géré par la BPI (banque publique d’investissement) vient d’être créé à cet effet pour accompagner les territoires. Comme l’a rappelé Marie-Guite Dufay, présidente de Région, la Franche-Comté est pilote dans cette aide à l’amorçage de projets dans l’ESS.

Par ailleurs, alors que nous devons réorienter notre modèle de société vers un développement soutenable et une économie verte, l’économie sociale et solidaire est pionnière dans ce que l’on nomme « l’économie circulaire » pour réutiliser, valoriser et recycler autant que possible tous les objets et matériaux. A cet égard, Benoît Hamon a rappelé que le projet de loi sur la consommation, qui sera examiné à l’Assemblée nationale à la fin du mois de juin, introduit l’obligation pour les fournisseurs de fournir des pièces détachées, afin de pouvoir réparer les objets au lieu de les remplacer systématiquement.

L’économie sociale et solidaire « est un acteur à part entière de l’économie, qui ne doit pas sans cesse se justifier sur son modèle, sa légitimité, sa performance puisque l’ESS est tout ça à la fois. C’est une économie de la mesure, de la tempérance, qui ralentit le temps et c’est particulièrement utile et nécessaire dans notre société ».

Un peu plus tôt, Pierre Grosset, PDG de Juratri, avait donné cette définition : « Seul, on va plus vite. Mais ensemble, on va plus loin ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *