Vous souhaitez prendre contact avec Barbara Romagnan ?

Envoyez votre message en complétant le formulaire ci-dessous.

Formulaire indisponible pour l'instant.

Adressez votre courriel à [email protected]

Question écrite : acquisition de la nationalité française et Algérie

J’ai récemment posé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, sur la question de l’acquisition de la nationalité française par les personnes nées de parents algériens, en Algérie alors française, avant le 1er janvier 1963.

Mme Barbara Romagnan attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur la situation des personnes nées en France métropolitaine avant le 1er janvier 1963 de parents algériens. Du fait de leur naissance sur le sol français à une date où les dispositions permettaient d’acquérir la nationalité française, ces personnes auraient dû pouvoir y prétendre en vertu du droit du sol. Pourtant, l’ordonnance n° 62-825 du 21 juillet 1962 fixant les conséquences de l’accession à l’indépendance de l’Algérie a restreint le droit du sol aux seules personnes nées après le 1er janvier 1963.

Or ce décret exclut des enfants d’Algériens de la nationalité française alors même que leurs parents pouvaient y prétendre à la date de la naissance de leurs enfants. Leur exclusion constitue donc un effet rétroactif qui s’oppose au principe de non-rétroactivité des lois et les enfants algériens nés de parents qui auraient pu prétendre à la nationalité française se trouvent par conséquent dans une situation de vide juridique.

Sans revenir sur les situations d’inégalités, évidemment très douloureuses induites par cette décision, (séparation de familles, retours forcés en Algérie, etc.), il semble que la réponse apportée par le précédent ministre de l’intérieur le 18 octobre 2011 n’est guère satisfaisante pour deux raisons. Elle mentionne que le principe d’égalité n’est pas méconnu au motif que « les originaires d’Algérie qui ont perdu la nationale française le 1er janvier 1963 peuvent, comme tout étranger, demander et obtenir un visa pour venir en France ».

Or cette réponse méconnaît les liens historiques tissés entre les deux pays et surtout le patrimoine culturel et linguistique partagé par ces citoyens algériens. Parce qu’ils ne sont précisément pas assimilables à « tout étranger » du fait de leurs liens antérieurs avec la France, il serait juste et équitable de rétablir leur droit à la nationalité qui a pris fin le 22 mars 1967, date limite pour établir une déclaration de reconnaissance de la nationalité française. Ce rétablissement s’inscrirait pleinement dans la vocation universaliste des lois de la République, aussi elle voudrait savoir quelles sont les intentions du nouveau Gouvernement sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *