skip to Main Content

Février 2011

AgendaVoici le compte rendu de mon activité au cours du mois de février 2011.

Lundi 31 janvier : Commission permanente du collège Diderot

Mardi 1er février : Rendez-vous à l’ADDSEA – Conseil d’administration du CRIJ – Assemblée générale de la Ligue des droits de l’Homme

Mercredi 2 février : Rendez-vous avec des habitants de Planoise – Rencontre avec des professeurs des écoles – Conseil général des jeunes

Jeudi 3 février : Réunion de travail sur les Hauts-du-Chazal – Conseil d’administration du collège Diderot

Lire la suite

En direct du guetto urbain

Didier Lapeyronnie

Didier Lapeyronnie

Voici l’interview de Didier Lapeyronnie, sociologue, auteur du livre-choc Guetto urbain (éd. Robert Laffont), publiée dans L’Est Républicain de ce lundi 14 février 2011.

Didier Lapeyronnie sera à Besançon à mon invitation ce jeudi pour un débat sur « le quartier : résumé de l’état de notre société ? » avec Olivier Bertrand et Réda Didi (19h30 - Médiathèque Nelson Mandela).
.

Un policier tabassé dans un quartier, auquel on crache « t’es pas chez toi, t’as rien à faire ici » cela vous étonne ?

Non, ce n’est pas très original. C’est ce que j’ai expliqué dans mon ouvrage « Ghetto urbain ». Ce sont des choses qui tiennent à la construction dans les quartiers d’une autre société, une sorte de culture contre l’institution, la police, les services sociaux, l’école…

Qu’est-ce qui favorise ce phénomène ?

Cela tient souvent à la pauvreté au sein d’une population qui concentre les difficultés qui la conduisent au repli sur soi. Tout le monde n’y participe pas mais un nouveau mode d’organisation sociale s’installe avec son économie noire, des modes de régulation qui lui sont propres et un mode d’intégration marqué par une coupure avec l’extérieur qui crée de la tension.

Lire la suite

Monde arabe : un nouvel élan ?

Tunisie, Egypte… Je vous offre la lecture d’un texte d’un ami sur le formidable soulèvement démocratique dans le monde arabe, en ce début d’année.

Egypte - Place Al Tahrir

Egypte - Place Al Tahrir

C’est avec un fort sentiment de dignité retrouvée que le regard des Arabes est rivé sur la situation en Tunisie et en Egypte. Et comment ne pas se réjouir de ce vent de liberté qui souffle aujourd’hui dans ces deux pays, et demain certainement dans d’autres contrées ? Car c’en est assez que les pays arabes vivotent à la traîne des nations à cause de leurs dirigeants archaïques. C’en est assez que le citoyen arabe reste coincé dans un emprisonnement physique et mental entre des dictatures abjectes et des menaces de l’impasse islamiste.

Et comment ne pas sentir l’espoir remplir nos cœurs quand on voit tant de jeunes braver la répression policière et crier à la face du monde que le temps est enfin venu de mettre fin à ces tyrannies surannées. Comment ne pas se réjouir que les peuples arabes se soulèvent cette fois-ci pour de bon, à l’initiative de cette belle jeunesse qu’on croyait définitivement dépolitisée et formatée par la fatalité ? Cette jeunesse qu’on imaginait ne vivre que dans le virtuel, et qui justement s’appuie sur les réseaux virtuels pour impulser des mobilisations sans précédent en faveur de la démocratie, de la liberté et de la justice sociale… et contre la corruption qui a gangrené les sociétés arabes depuis plusieurs décennies.

Et quel bonheur de voir les Ben Ali et les Moubarak tomber, au moment même où ceux qu’ils avaient forcé à l’exil sont accueillis en héros dans leurs pays. Quel bonheur de voir à longueur de journée défiler dans la rue des foules enfin débarrassées de cette peur « ancestrale » qui a inhibé des générations entières…

Lire la suite

Campagne de promotion choquante de "SOS Education"

EcoleUne directrice d’école m’a avertie récemment d’un mail qu’elle avait reçu de « SOS éducation 75 » à propos de l’ouverture, en septembre 2011, d’un établissement « Scolaria Excellence » en partenariat entre Paris et Rouen. Le mail est signé par le porte-parole de « SOS éducation », Vincent Laarman.

Après une longue présentation du parcours personnel et idéologique de David Barbaud ; futur directeur et enseignant très investi au sein de l’association, le mail présente un bilan très alarmiste de l’état actuel de l’Ecole. Selon l’association, depuis 1968 et la « terrible réforme Haby » (selon les termes de David Barbaud), l’école n’instruit plus et ne permet plus la réussite des enfants et au-delà, est à l’origine d’un grand nombre de dépressions des enseignants. Les termes utilisés sont particulièrement explicites : « Le savoir étant devenu d’essence essentiellement bourgeoise, il fallait en débarrasser l’école. Le système ne réussit que trop bien. Nos enfants n’apprennent plus rien de l’instruction solide que nous avons pu acquérir dans notre enfance. »

En réponse à cela, l’association a créé des établissements parallèles indépendants et privés, basés sur de d’autres programmes, dans lesquels l’uniforme sera obligatoire et l’internat vivement conseillé. Le-mail s’achève par une invitation faite aux enseignants volontaires de rejoindre cette initiative ou de la soutenir financièrement.

Ce courrier électronique m’a profondément choquée sur plusieurs aspects.

Lire la suite

Qui est coupable ?

MagistratsA propos de l’affaire de « Laëtitia », le 3 février 2011, Nicolas Sarkozy déclare. : « Quand on laisse sortir de prison un individu comme le présumé coupable sans s’assurer qu’il sera suivi par un conseiller d’insertion, c’est une faute. Ceux qui ont couvert ou laissé faire cette faute seront sanctionnés, c’est la règle ».

Les propos sont clairs : le Président de la République déclare coupable les magistrats. Cette accusation est très grave !

Une accusation très grave tout d’abord, quant à la responsabilité que le Président entend faire porter aux magistrats. Si cette affaire démontre de toute évidence une défaillance dans notre système judiciaire, il est absolument scandaleux de vouloir faire porter la faute sur les professionnels de la justice. Luigi Pirandello écrivait à juste titre : « Nous avons toujours besoin de rendre quelqu’un responsable de nos ennuis et de nos malheurs ». C’est un drame innommable qui est arrivé à la jeune Laëtitia, mais je ne crois pas qu’il faille trouver d’autres coupables que celui qui en est l’auteur principal et qui sera jugé pour ses actes.

La culpabilisation des magistrats est parfaitement intolérable et la volonté incessante de sanction,de ce gouvernement devient insupportable. La recherche permanente de la répression n’est en aucun cas la voie à privilégier pour éviter que de telles tragédies se reproduisent.

Il est aujourd’hui plus que temps de donner le droit à la justice de fonctionner normalement. Les magistrats ont envoyé des alertes dans les rapports qu’ils ont rendus ; notamment à Nantes où plusieurs échanges ont été produits témoignant des difficultés rencontrées par les professionnels de justice.

Lire la suite

Simuler la révolution fiscale !

"Pour une révolution fiscale", éd. Le Seuil/République des idées

"Pour une révolution fiscale", éd. Le Seuil/République des idées

Depuis quelques semaines, l’UMP réfléchit à la réforme fiscale annoncée pour juin par le chef de l’Etat. Il s’agit d’un véritable casse-tête pour la majorité qui doit supprimer son injuste bouclier fiscal sans renier ses engagements de 2007, mettre de côté l’ISF, le tout en ménageant l’opinion et en garantissant des recettes fiscales constantes… Autant dire que l’architecture du projet n’a pas encore vu le jour !

Dans le même temps, trois économistes français (Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez) nous proposent une véritable « révolution fiscale ». Sous la forme d’un livre et d’un site internet totalement inédit, ils résument plus de dix ans de leur travail en matière de fiscalité et de répartition des revenus.

L’injustice fiscale

Leur analyse part d’un constat : plus les Français sont riches, moins ils payent d’impôts. C’est cette injustice fiscale que les auteurs dénoncent en premier lieu. En effet, si les plus modestes ont un taux d’imposition de l’ordre de 45 %, les 1 % les plus riches sont taxés à moins de 35 %. L’injustice est due à un impôt sur le revenu devenu une passoire et des riches qui le contournent de façon de plus en plus systématique grâce aux niches et divers systèmes fiscaux. L’étude prouve que les bas salaires sont des contribuables lourdement taxés et qu’à l’opposé, les patrimoines ne se sont jamais si bien portés depuis un siècle. De plus, quand 50 % des français possèdent peu ou rien, 10 % des plus riches détiennent 62 % des richesses. Enfin, on peut noter que le « système fiscal français n’a jamais été juste, [mais] la majorité élue en 2007 l’a aggravé en rajoutant des couches de privilèges pour les plus riches », selon Thomas Piketty.

Lire la suite

Débat / Le quartier : résumé de l'état de notre société ?

QuartierJ’ai le plaisir de vous inviter à un débat que j’organise sur le thème « le quartier : résumé de l’état de notre société ? » :

Jeudi 17 février 2011
19h30

Médiathèque Nelson Mandela

13 avenue d’Île-de-France à Besançon
(Bus 5 et 10 - Arrêt « Île-de-France »)

Pour débattre avec nous, j’ai convié :

- Didier LAPEYRONNIE, sociologue, auteur du livre-choc Le Ghetto urbain (éditions Robert Laffont)

- Olivier BERTRAND, journaliste à Libération, spécialiste des banlieues, réalisateur d’un film concernant les émeutes qui s’étaient produites il y a 20 ans à Vaulx-en-Velin

- Réda DIDI, fondateur de Graines de France, cercle de réflexion sur les quartiers populaires, invité aux États-Unis par le directeur de campagne de Barack Obama.

Le quartier est une partie de la ville qui possède ses propres caractéristiques, par sa localisation, son habitat, son histoire, sa population et son « image »…

Depuis les années 90, c’est aussi l’autre façon de désigner les zones urbaines périphériques, « sensibles » ou simplement populaires.

En ce sens, Planoise est pour Besançon le quartier par excellence.

Lire la suite
Back To Top