17 octobre 1961 : Algériens et Français côte à côte

Hier jeudi, avec mes collègues du groupe d’amitié France-Algérie à l’Assemblée nationale auquel j’appartiens, nous avons reçu une délégation du Parlement algérien. L’occasion pour nous d’échanger sur les relations franco-algériennes, le développement économique, les liens personnels, familiaux et amicaux nombreux entre nos deux pays, ainsi que du massacre du 17 octobre 1961, durant lequel rappelons le, une manifestation pacifique contre le couvre-feu imposé par Maurice Papon aux « musulmans algériens » a été réprimée avec une violence inouïe entraînant l’assassinat et l’arrestation de milliers de manifestants.
Les membres de la délégation assisteront aux commémorations organisées à Paris. Ce rassemblement commun, 2 ans après la reconnaissance officielle de la répression par la République française, est le signe fort de la volonté de nos pays de poursuivre ensemble leur travail de mémoire.
De nombreux rassemblements sont organisés aujourd’hui dans toute la France. Rendez-vous est donné à Besançon à 18h sur le pont Battant.

Ecologie politique, sociale et sexuée

Ce n’est pas parce que les lois sont générales qu’elles sont sexuellement neutres.

Elles n’ont pas le même effet sur les femmes et sur les hommes, parce que les hommes et les femmes ne connaissent pas les mêmes situations sociales.

Légiférer sur le temps partiel, c’est toucher 82 % de femmes et 18 % d’hommes.

Allonger la durée de cotisation en vue de la retraite, c’est poser davantage de problèmes pour les femmes. Elles ont plus souvent des carrières hachées, car elles diminuent plus souvent leur temps de travail pour élever leurs enfants, donc elles cotisent moins.

Les questions écologiques sont non seulement sociales mais aussi sexuées, comme le rappellent la Fondation Abbé-Pierre, la Croix-Rouge et le Secours catholique.

La « précarité énergétique » touche plus de huit millions d’habitants : ceux qui consacrent plus de 10 % de leurs ressources à leurs factures d’énergie, quand le taux moyen des dépenses énergétiques des Français est voisin de 5,5 %. Les associations constatent que, parmi ceux qui ont du mal à payer leurs factures ou qui se privent de chauffage, les individus vivant seuls en milieu rural et les familles monoparentales sont surreprésentés. Leur santé se dégrade, leur isolement s’accroît. Or il s’agit là essentiellement de femmes.

Cette réalité humaine du terrain se lit aussi dans les chiffres, même s’il n’existe pas aujourd’hui de statistiques sexuées portant directement sur la précarité énergétique. Déjà, parmi les personnes vivant sous le seuil de pauvreté, les femmes sont 4,7 millions, les hommes 3,9 millions. Ce qui rend d’autant plus probable qu’elles aient du mal à payer leurs factures.

De même, parmi les précaires énergétiques, on trouve un grand nombre de familles monoparentales et de personnes âgées isolées. Or, plus de 85 % de ces « familles monoparentales » sont constituées élevant seules leurs enfants. Quant aux personnes de plus de quatre-vingts ans habitant seules, ce sont des femmes, à 73 %. Elles sont aussi plus pauvres que les hommes du même âge, car leurs pensions sont inférieures de près de 40 %.

Il ne faut pas oublier que réduire la précarité énergétique contribue à l’atteinte de nos objectifs en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et de protection du climat, à l’égalité, en général, et entre les hommes et les femmes, en particulier.

Barbara Romagnan

Chronique du 13 octobre 2014 dans L’Humanité

Le bulletin de votre députée – octobre 2014

Le bulletin de votre députée - octobre 2014Deux ans après mon élection à l’Assemblée nationale et comme j’en ai pris l’engagement, je viens de réaliser un nouveau document synthétique présentant quelques-uns des temps forts du travail parlementaire et de l’exercice de mon mandat. Ce document est actuellement distribué dans tous les foyers de la première circonscription du Doubs.

Par ailleurs, j’organise six réunions publiques pour rendre compte de mon mandat :

  • Besançon Ouest : lundi 13 octobre à 18h30 au Centre 1901
  • Besançon Nord-Ouest : lundi 13 octobre à 20h30 au Centre international de séjour
  • Besançon Planoise : lundi 27 octobre à 18h30 à la Salle des Epoisses
  • Canton d’Audeux : lundi 27 octobre à 20h30 à la mairie de Serre-les-Sapins
  • Canton de Boussières : jeudi 30 octobre à 18h au centre d’animation de Saint-Vit
  • Canton de Quingey : jeudi 30 octobre à 20h30 à la mairie de Quingey

Vous pouvez le consulter ci-dessous ou le télécharger en cliquant ici.