Revue de presse / La Presse Bisontine

Retrouvez cette semaine, l’entretien que j’ai eu le plaisir d’accorder à « La Presse Bisontine » pour leur numéro daté du mois de septembre.

L’article est visible sur ce lien :
presse-bisontine-septembre-2014

Revue de presse / Interview dans l’Est Républicain

J’étais interrogée la semaine dernière dans l’Est Républicain, en réaction au remaniement. Retrouvez l’article ci-dessous dans l’édition du 26 août 2014.

« Pour que vive la gauche ! »

Au cours de la semaine passée, j’ai eu l’occasion de m’exprimer « à chaud » dans plusieurs médias sur l’éviction du gouvernement des ministres Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filipetti et la constitution d’un nouveau gouvernement. Depuis, il y a eu le discours du Premier ministre au Congrès du Medef et l’interview ( avant sa nomination) du nouveau ministre de l’économie Emmanuel Macron. Vous êtes nombreux a avoir été surpris, déstabilisés, voire choqués, par le contenu et la méthode choisie pour délivrer cette « nouvelle feuille de route ». Il y a enfin eu ce week-end, l’Université d’été du PS de la Rochelle, qui devait conclure cette semaine de « clarification ».

C’est l’occasion pour moi de dresser un bilan et de proposer quelques raisons d’espérer.

À mon sens, l’exclusion du gouvernement des ministres qui ont critiqué le cœur de la politique économique n’est pas surprenante, la dissonance était trop forte. Ce que je trouve choquant c’est la surdité du chef du Gouvernement et du chef de l’Etat aux débats qui ont cours dans le pays et dans le monde sur leurs choix économiques, aux critiques faites au sein même de sa majorité de gauche, à la désaffection des citoyens.
Pire encore, aucun des résultats escomptés n’est au rendez-vous : le nombre de gens au chômage et en situation précaire continue d’augmenter. Cette politique est ainsi totalement déséquilibrée, en demandant des efforts à tous au bénéfice d’un petit nombre de privilégiés.

Jamais la majorité n’a été aussi étroite. Les différentes sensibilités qui ont toujours fait la richesse des gouvernements de gauche sont écartées sans discussion. Pourquoi ce passage en force aujourd’hui, qui tourne le dos à la nécessaire négociation et à la recherche du compromis, pourtant prônées par François Hollande durant sa campagne ? Pourquoi étouffer les paroles fortes au lieu d’élaborer une orientation politique commune ? Pourquoi prendre le risque de fracturer encore plus la majorité présidentielle ?

Vous le savez, j’ai plusieurs fois dans mes votes au Parlement exprimé mes doutes et parfois mes désaccords avec des choix gouvernementaux qui me semblaient clairement rompre le pacte que nous avions proposé à nos électeurs. Cette décision a toujours été difficile, mais j’ai préféré privilégier ce que je crois être la loyauté envers les électeurs à la discipline de mon groupe parlementaire. La suite >

Revue de presse / Mon interview dans l’Humanité

Je vous propose de retrouver l’entretien donné au journal l’Humanité le mardi 26 août dernier.

Barbara Romagnan : « Nous avons les moyens de mener une autre politique »
Propos recueillis par Julia Hamlaoui et Aurélien Soucheyre Mardi, 26 Août, 2014 Barbara Romagnan Députée PS du Doubs :

« Je ne sais pas si un changement viendra du gouvernement, mais il me semble évident qu’une autre politique à gauche est possible avant 2017. »« Ce n’est jamais que la quatrième fois qu’on assiste à un remaniement sous François Hollande. Je ne suis pas surprise. Les déclarations des ministres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ne pouvaient pas rester sans conséquences. Mais ce qui est grave, c’est que le président de la République n’entend toujours pas ce qui se passe dans le pays. Il reste sourd devant le peuple de gauche et n’ouvre pas les yeux sur l’Europe. On est vraiment face à un déni de démocratie. La suite >

Revue de presse / MaCommune.info

Retrouvez l’article me concernant publié dans macommune.info lundi 25 août dernier.

Barbara Romagnan : « le choix de poursuivre une politique si contestable est incompréhensible »

Suite à la démission du gouvernement, la députée PS de la 1re circonscription du Doubs (Besançon Ouest), proche de la tendance « Hamon », reste droite dans ses bottes et prône toujours un changement de politique de la part de François Hollande et du Premier ministre reconduit…

Fin avril, elle faisait partie des 41 députés socialistes qui se sont abstenus lors du vote du programme de stabilité budgétaire. Quelques semaines auparavant, le 8 avril 2014 elle n’avait pas voté la confiance au tout frais frais premier ministre Manuel Valls. En mars, elle regrettait déjà le « décalage » entre les engagements de 2012 et la politique suivie par François Hollande.

« L’important c’est le changement de politique… »

Sous le gouvernement Ayrault, elle n’avait pas voté non plus l’accord sur l’emploi et la réforme des retraites. Barbara Romagnan fait bien partie de la centaine de députés « frondeurs » de l’aile gauche du parti socialiste sur les 290 du groupe SRC (groupe socialiste, républicain et citoyen). La suite >

Revue de presse / Barbara Romagnan invitée de France inter


Retrouvez ci-dessous ma participation à l’émission « Le téléphone sonne » d’Hélène Jouan sur France Inter lundi 25 août dernier.